Genèse de La vache orange

Ce texte est sous © Médiathèque du Père Castor. L'original est à l'adresse http://mediatheque.castor.free.fr/ . Il a déjà changé plusieurs fois de nom de fichier à l'occasion des mises à jour de ce site, aussi ai-je retenu l'option d'en aspirer le contenu pour réduire les conséquences d'une rupture du lien.

L'histoire de l'édition de La vache orange

Nathan Hale est en 1938 directeur d'une école d'enfants surdoués, aux États-Unis et Paul Faucher (1898-1967), fondateur de la collection de littérature enfantine du Père Castor. Tous les deux se connaissent parce qu'ils sont membres du Mouvement International de l'Education Nouvelle.

Nathan Hale fait parvenir à Paul Faucher un projet d'album : sur un carnet à spirales, Chistopher – Nathan Hale Junior – âgé de 8 ans, a inventé  une histoire fantaisiste qui relève d'un comique de situation, et la transposition malicieuse des préoccupations d'un petit enfant attribuées à une vache.. [Selon Paul.Faucher : document d'archivé -1959]  II s'agit d'illustrations aux pastels et d'un tapuscrit en anglais et en français.

Mais en 1938, le Père Castor n'a pas encore créé de collection capable d'accueillir ce genre de conte. Et surtout, 1938 est une année trouble, « l'année des accords de Munich », les troupes allemandes entrent en République Tchèque. Une période difficile s'annonce.En juillet 1939, le Père Castor s'installe à Forgeneuve ; les relations avec l'Amérique sont interrompues. Le projet de La Vache Orange reste en carton jusqu' en 1943.

1943 : la France se relève peu à peu de la catastrophe et .s'organise. À Forgeneuve aussi, le Père Castor s'organise. Le papier, matière stratégique s'il en est en temps de guerre, est contingenté. Aussi, le Père Castor, avec l'aide de Feodor Rojankowsky, accueilli dans cette époque difficile à Forgeneuve, crée, par mesure d'économie, la collection «Les Petits Castors», pour continuer à publier : collection en petit format, contenant uniquement 16 pages.

L'histoire de La Vache Orange rentre très bien dans la définition de cette collection. Et c'est Madame Leblond qui sera chargée des illustrations. Pour des raisons personnelles et de précautions, elle préfère être en zone libre. Elle est accueillie par la famille Faucher, à Forgeneuve. Cela explique qu'elle ne figure pas, volontairement, sur la page de titre. A la même époque, elle illustrera « Le Cheval Bleu » également de Nathan Hale et réalisera d'autres dessins.
Le Cheval bleu aura un parcours similaire à celui de La Vache Orange. Elle part de Forgeneuve en 1943 et elle laisse les originaux aux pastels de la Vache Orange et Le Cheval Bleu à l'atelier du Père Castor.

Ce « Petit Castor » n° 12 sera imprimé avec la technique de l'époque : la zincographie (dessin sur plaque de zinc et autant de passage sur machine que de couleurs nécessaires). Il sera réimprimé plusieurs fois. La libération arrive en 1945. Mais le papier est décontingenté seulement en 1948. Cette année-là, Nathan Hale apprend enfin que son petit album est paru en France pendant la guerre.
Le Père Castor crée la collection Première lecture puis Seconde lecture.

Une technique nouvelle d'impression arrive des États-Unis : la quadrichromie, basée sur la trame magenta. Cette technique permet de traduire une image avec les quatre couleurs primaires et surtout un seul passage sur machine est nécessaire. Elle révolutionne l'imprimerie !
Lucile Butel arrive à l'atelier du Père castor en 1959, avec un dossier de croquis d'une petite souris dans différentes situations. Le Père Castor apprécie dans ces croquis la malice, l'humour. II décide de tenter avec elle un essai et il choisit La Vache Orange.En effet, il devient nécessaire de rééditer cet album avec les nouvelles techniques d'impression. Nathan Hale donne l'autorisation.

Deux ans de travail seront nécessaires et l'album La Vache Orange de Lucile Butel d'après Nathan Hale sera publié en 1961. Il est régulièrement réimprimé :1943 : 20 000 exemplaires ; 1948 : 20 000 exemplaires ; 1951 : 20 000 exemplaires ; 1964 : 10 000 exemplaires à 2.75 francs ; 1968 : entre 15 000 et 16 500 exemplaires à 3 francs

► Retour à la page de départ