La vache orange

étude comparative des versions existantes



Il existe, à ma connaissance, trois versions successives de ce livre :
  • La version originale, écrite et illustrée par Nathan Hale ; je n'en ai pas eu connaissance
  • La version initiale, illustrée par Victorine Leblond - j'ai enfin découvert son prénom ... [2] -
  • La version révisée, illustrée par Lucile Bultel

L’histoire: synopsis en dix tableaux




La vache orange de M. Leblanc fait une fugue.
A un renard qui passe, elle s'avoue malade.
Le renard l'emporte chez lui sur son dos et tente de la soigner.
A peine mise au lit, elle a faim et dévore sa paillasse.
Le renard lui sert un dîner au champagne, puis la recouche.
La nuit, elle est réveillée par un cauchemar où un train la menace.
Le renard, d'abord lui aussi effrayé, la réconforte.
Le matin, convalescente, elle fait sa toilette et prend son petit déjeuner avec appétit.
Le renard lit une annonce dans le journal, signalant la fugue de la vache.
Il la reconduit chez M. Leblanc, qui les récompense tous deux.



Évolution du texte


Entre la version initiale, illustrée par Mme Leblond, et la version illustrée par Lucile Bultel, le lecteur attentif peut constater quelques écarts dans le texte lui même.
Une partie des différences est directement liée à l'accroissement d'espace : le nombre de pages passe de 20 à 24 et de plus la surface de la page est doublée.
Une autre partie, elle, mérite notre attention. En plus des retouches apportées à la concordance des temps – tassement de l'imparfait de narration – , et de l'addition de quelques explétifs et de l'injonction  hygiéniquement correcte n'oublie pas de te laver les dents , les glissements de vocabulaire semblent dater les deux textes.
.

texte de la version initiale

2 - Un jour, la Vache Orange sauta par-dessus la barrière. La voilà partie sur la route.
Un Renard gris, qui passait par là, lui dit :

3 - Comment ça va-t-il aujourd'hui ?
 La Vache s'assit et répondit : Meu...Meu...je suis bien, bien malade...
Le bon Renard prit la Vache sur son dos, l'emporta chez lui...et la mit au lit.





4 -Quand elle fut au lit, le Renard lui demanda :
-Est-ce que tu as de la fièvre ?
-Je ne sais pas, répondit la Vache.
As-tu un thermomètre ?
Le Renard mit un biberon dans la bouche de la Vache et lui dit :
-Ne mords pas, surtout !
Mais cela ne servit à rien, car il est très



5 - très difficile de prendre la température d'une vache avec un biberon.
Le Renard tâta le nez de la Vache...
Quand un chien a le nez très chaud, c'est qu'il est malade.
Le Renard eut vraiment peur...
La Vache avait le nez rouge et brûlant...
Non, non, pensa-t-il, les vaches ne doivent pas avoir le nez si chaud que ça.




6 - Le Renard dit :
-Montre-moi ta langue.
La Vache tira la langue... Elle était longue et très verte.
-Oh ! la ! la ! s'écria le Renard, tu as

7- mangé beaucoup trop d'herbe!
Il faut changer un peu.
Il courut à l'armoire à pharmacie...
mais il n'y trouva rien...rien que des tas de savon et de pâte dentifrice et...une bouillotte
électrique.


8 - Le bon Renard essaya de réchauffer les pieds de la Vache avec la bouillotte électrique. Mais ce l'était pas facile, les Vaches ont tant de pieds !
La Vache remercia le Renard et lui dit :
-Est-ce que tu n'as pas faim ?


9 -Non, pas très faim, répondit le Renard.
Et la Vache, après un instant :
- Mais moi j'ai faim...
La Vache n'était pas sage du tout !
Dès que le Renard fut parti, elle se leva et mangea tout son matelas...C'était une  paillasse !




10 - Le Renard se mit en colère :
-Si tu ne te conduis pas mieux, tu n'auras rien pour dîner !
Et la pauvre Vache se mit à pleurer.
-Meu...eu...Meu...eu...




11- Pourtant, il y avait pour le dîner de la saucisse et des mûres, et aussi un peu de vin mousseux.
La Vache n'avait jamais bu de vin et voilà que ça lui piquait le nez, et qu'elle éternuait, et qu'elle éternuait !...


12 -Dors bien, maintenant, dit le Renard.
Et il embrassa la Vache sur les deux joues.
-Bonne nuit, répondit la Vache de sa belle voix grave.
Et elle s'endormit.



13 - Au milieu de la nuit, la Vache fit un terrible cauchemar... Elle rêva qu'elle était assise sur les rails du chemin de fer...
Un train arrivait...un autorail...
il passait le tournant... elle le voyait... pas le moindre chasse-neige...


14 -Meu...eu...eu...au secours ! meugla la Vache.
Le Renard se précipita dans la chambre.
-Qu'est-ce qu'il y a ?
-Meu...eu...eu...criait la Vache, il y a un autorail juste au tournant !


15 - Et les voilà qui se cachent tous les deux sous le lit !
Ce ne fut pas sans peine que le Renard décida la Vache à se recoucher.
Il fallut allumer une bougie et la mettre près de son lit pour qu'elle n'ait plus peur !




16 - Le lendemain, quand la Vache s'éveilla, elle ne se rappela pas où elle était.
Le Renard, qui entrait dans la chambre, lui demanda comment elle allait.
-Mieux, merci, répondit la Vache.
-Bon, dit le Renard.

 
17 - Et il lui laissa de l'eau chaude et du savon pour se laver la figure.
Ensuite, le Renard apporta un bon déjeuner pour la Vache : du jus d'orange, du pain beurré et une grande tasse de chocolat bien chaud. Tout cela était délicieux.






18 - Aussitôt levée, la Vache se lava les dents, se brossa les poils, se frisa les cornes et descendit retrouver le Renard qui était en train de parcourir le journal.
Tout à coup, il vit une grande annonce :
"Belle récompense à qui ramènera UNE VACHE ORANGE égarée."







19 -Est-ce que tu te sens assez bien pour retourner chez toi à pied ? demanda le Renard quand la Vache entra dans la bibliothèque
La Vache dit :
-Oh ! oui.
Et les voilà partis tous les deux.

20 -Quand Monsieur Leblanc vit sa Vache Orange entrer dans la cour, c'est lui qui fut content ! Il donna au Renard une belle récompense...cinquante sous et trois gros bonbons, et à la Vache, un excellent dîner de trèfle et de froment.



texte de la version révisée

2 - Un jour, la Vache Orange de Monsieur Leblanc sauta par-dessus la barrière.
La voilà partie sur la route.

Un Renard gris, qui passait par là, lui dit :
- Comment ça va-t-il aujourd'hui ?
 
La Vache s'assit et répondit : Meu...Meu...je suis bien malade...


3 - Alors, le bon Renard prit la Vache sur son dos, l'emporta chez lui...et la mit au lit.


4 -Quand elle fut au lit, le Renard lui demanda :
-Est-ce que tu as de la fièvre ?
-Je ne sais pas, répondit la Vache.
As-tu un thermomètre ?


5 - Le Renard mit un biberon dans la bouche de la Vache et lui dit :
-Ne mords pas, surtout !

Mais cela ne servit à rien, parce que c'est très, très difficile de prendre la température d'une Vache... avec un biberon.


6- Le Renard tâta le nez de la Vache...
Quand un chien a le nez très chaud, c'est qu'il est malade.
Le Renard eut vraiment peur...
La Vache avait le nez rouge et brûlant...
Non, non, pensa-t-il, les Vaches ne doivent pas avoir le nez si chaud que ça.


7 - Le Renard dit :
-Montre-moi ta langue.
La Vache tira la langue...
Elle était longue et très verte.
-Oh ! la ! la ! s'écria le Renard, tu as mangé beaucoup trop d'herbe!
Il faut changer un peu.


8 - Il courut à l'armoire à pharmacie...
mais il n'y trouva rien...rien que des savonnettes et de la pâte dentifrice et...une bouillotte qu'il remplit d'eau chaude.


9 - Le bon Renard essaya de réchauffer les pieds de la Vache avec la bouillotte.
Mais c'est très difficile, les Vaches ont tant de pieds !

La Vache remercia le Renard et lui dit :
-Est-ce que tu n'as pas faim ?
-Non, répondit le Renard.
Et la Vache, après un instant, dit :


10 - Mais moi j'ai faim...
La Vache n'était pas sage du tout !
Dès que le Renard fut parti, elle se leva et mangea sa paillasse !


11 - Alors, ça, ça mit le Renard en colère, et il dit :
-Si tu ne te conduis pas mieux,

tu n'auras rien pour dîner !
Et la pauvre Vache se mit à pleurer.
-Meu...eu...Meu...eu...


12 - Pourtant, il y avait pour le dîner de la saucisse et des mûres, et aussi un peu de champagne.
La Vache n'en avait jamais bu et voilà que ça lui pique le nez, et qu'elle éternue, et qu'elle éternue !...


13 -Dors bien, maintenant, dit le Renard.
Et il embrassa la Vache sur les deux joues.

-Bonne nuit, répondit la Vache de sa voix grave.
Et elle s'endormit.


14 - Au milieu de la nuit, la Vache fit un terrible cauchemar...
Elle rêva qu'elle était assise sur les rails du chemin de fer...
Un train arrivait...un autorail...
il passait le tournant... elle le voyait...
-Meu...eu...eu...au secours ! meugla la Vache.


15 - Le Renard se précipita dans la chambre.
-Qu'est-ce qu'il y a ?
-Meu...eu...eu...criait la Vache, il y a un autorail juste au tournant !


16 - Et les voilà qui se cachent tous les deux sous le lit !


17 - Ce ne fut pas sans peine que le Renard décida la Vache à se recoucher.
Il fallut allumer une bougie et la placer près de son lit pour qu'elle n'ait plus peur !


18 - Le lendemain, quand la Vache s'éveilla, elle ne se rappela pas où elle était.
Le Renard, qui entrait dans la chambre, lui demanda comment elle allait.
-Mieux, merci, répondit la Vache.
-Bon, dit le Renard.
Et il lui laissa de l'eau chaude et du savon pour se laver la figure.


19 - Ensuite, le Renard apporta un bon déjeuner pour la Vache :
Du jus d'orange, du pain beurré et une grande tasse de chocolat bien chaud.
Quand la Vache eut fini de déjeuner, le Renard lui dit :
-N'oublie pas de te laver les dents.
Et il emporta le plateau.


20 - Aussitôt levée, elle se lava les dents, se brossa les poils, se lissa les cornes

21 - et descendit retrouver le Renard qui était dans la cuisine.


22 - Il était en train de parcourir le journal.
Tout à coup, il vit une grande annonce :
"Belle récompense à qui ramènera...
...UNE VACHE ORANGE égarée."


23 -Est-ce que tu te sens assez bien pour retourner chez toi à pied ? demanda le Renard.
-Oh ! oui, dit la Vache.
Et les voilà partis tous les deux.



* -Quand Monsieur Leblanc vit sa Vache Orange entrer dans la cour, c'est lui qui fut content !
Il donna au Renard une belle récompense...cinquante sous et trois gros bonbons, et, à la Vache, un excellent dîner de trèfle et de froment.

*conformément aux usages, la dernière page n'est pas numérotée.








[1] Cent sous font cinq francs ; donc le sous vaut cinq centimes. Le liard valait le quart d'un sous, ce qui ne simplifiait pas les choses...

[2] Voir sur le site de la Bibliothèque de Princeton la fiche de l'ouvrage 13 : Victorine Leblond. Animaux domestiques articulés: Découpage et montage sans collage [Articulated Domestic Animals: Cutting and Assembly Without Glue]. Paris: Flammarion, 1941.
Sont présentés treize animaux de la ferme, dont la vache...