jointure ♦ poésie & arts ♦ la jointée éditeur

ENCORE ET JAMAIS PLUS
Pierre Lexert



Références

Pierre Lexert [1]
Encore et jamais plus (chronique d’une arrière-saison)
Musumeci Editeur, 2005

Lecture, par Georges Friedenkraft


Ce qu’un visage vous inspire comment l’écrire
justement quand on n’a plus, comme un amant,
le droit aux gestes pour le dire ?


(p.24)

Ce beau livre- admirablement illustré par les gravures à la pointe de Rotring de Frank Miyet [2] , s’adresse aux « séniors », ceux qui, à l’automne de leur vie, ont encore un goût de poète pour les fruits sucrés de la sensualité et les vertiges ailés de la passion.

L’auteur anime depuis des décennies la revue Les cahiers du Ru, une superbe revue qui témoigne de l’existence, en Val d’Aoste, d’une tradition littéraire francophone de haute qualité.
On ne sera donc pas surpris de la qualité même de ces textes nostalgiques aux styles variés : vers libres, mètres courts verlainiens et même alexandrins classiques, sur lesquels nous aimerions conclure (p.18), pour montrer qu’on peut encore leur donner une présence moderne et élégante :

Là se consommera l’éternel hallali.
En ta chair tour à tour ouverte et puis reclose
Selon nos entrelacs et nos anamorphoses,
Du désir affamé débusqué dans ses plis.



[1] Directeur de l'Institut Valdôtain de la Culture, défenseur désenchanté mais diligent de la francophonie, lucide quant aux défaillances de l'officielle et le manque de ressources de l'officieuse, amical signataire, en 2002, de la charte Clarté-Poésie, au nom de Les Cahiers du Ru – le Ru ne désigne pas ici le ruthénium, mais l'élément de base des grandes rivières –.

Les Cahiers du Ru est un magazine monolingue en français destiné aux membres de l’Institut Valdôtain de la Culture. Il traite de politique, de littérature et d’art, et il est publié tous les 4 à 5 mois. Voir page 3 colonnes 1 et 2 le papier de Christel Lambot dans le peuple valdôtain du 18 mai 2006... Son budget vient de la région autonome du Val d’Aoste.

[2] Le dessinateur à l' œil gris et aux pérégrinations lentes....