Le Cap 33


Ou le lecteur nous verra soutenir une revue en apparence concurrente, justifier ce soutient par une réelle convergence de vues, et s’entendra rappeler à cette occasion le Cap rigoureusement souple qui est le nôtre : l’étoile-poésie, arcane XVII...


Nous avons reçu avec plaisir, et lu avec intérêt, Les saisons du poème [1]. Au delà de quelques ressemblance matérielles avec Jointure :

toutes nées de ce que le regretté Darwin appelait la “convergence évolutive”, et qui conduit les êtres vivants, quelle que soit leur place dans l’arbre de l’évolution, à adopter, dans des circonstances analogues, des configurations de même nature ), nous y avons trouvé occasion de nous réjouir : nous sommes moins seuls.

Selon l’analyse à la fois badine et pertinente de nos estimés confrères, il y aurait, en gros, quatre grandes familles d’associations dont le but avoué est la défense de la poésie et l’assistance aux poètes :


qui, toutes, bien entendu, ont le droit le plus strict d’exister, dans la mesure où leurs adhérents s’y retrouvent...
Ils déclarent vouloir faire autre chose, être autrement, aller autre part. Ils plaident en faveur d’une cinquième voie :


 Leur préoccupation est de se manifester comme lieu de débat entre les poètes et leurs lecteurs, canal de diffusion crédible des poètes vers leurs lecteurs, temps de tolérance et d’enrichissement par les différences.
Simultanément, avec d’autres références, la force, la tempérance, la roue de fortune...
Nous ne pouvons qu’approuver et, à notre tour, soutenir cette initiative dans laquelle nous retrouvons nos valeurs.
Notre raison d’être, telle que la déclare les statuts de La Jointée, l’association éditrice, est en effet de :

défendre et faire rayonner l’expression littéraire et poétique de langue française ; y intéresser tous les publics...; éditer une revue à caractère littéraire...et aider ses membres à éditer et diffuser leurs écrits...

Dans le Cap de nombreuses livraisons, nous avons rappelé comment, dans les faits, nous nous donnions les moyens de tenir cet engagement. En particulier :

Cap-04 : le vin de la revue se boit vert et nouveau

Jointure est bien plus une structure de collecte et de publication de textes d’auteurs que l’organe d’expression d’une association ou d’un groupe de recherche littéraire.

Cap-06 : nous proposons des poèmes à vos bouches : dévorez-les !

Ni la notoriété, ni l’appartenance à un groupe, ni la manifestation d’un soutien matériel n’ouvrent à nos auteurs les portes de Jointure  : leurs textes sont les seules clefs que nous tentons d’ajuster aux gorges de nos serrures.

Cap-07 : à nef neuve, naïf nautonier !

...le réseau Jointure, un style, des objectifs et des moyens pour que ce tissu ait la souplesse vivante de la vague-poëme, qui sait dissoudre  les épaves de l’ennui et porter les vaisseaux du plaisir...

Cap-20 : éditer Jointure n’est pas sinécure, mais une aventure virant à la fêlure...

Je vous rappelle notre contraignante, notre surprenante, notre inconvenante règle éditoriale : nos auteurs ne nous règlent aucun droit d’entrée, ni forfait d’édition, ni participation aux frais, ni achat de numéro, ni abonnement à souscrire...

Cap-21 : Jointure, 50 % de matière poétique originale !

En 20 numéros, nous avons publié 469 poèmes, fait connaître 231 ouvrages édités, soutenu 21 initiatives en faveur de la poésie vivante, donné 32 petits signes d’entr’aide, exalté 50 connexions avec des manifestations artistiques...

Cap-32 : Etre franco-ontarien, ce n’est franchement pas rien!

Reste à espérer qu’à maintenir le Cap d’une fantaisie aussi éclectique que désintéressée, JOINTURE aura réussi cette fois encore à mener quelque confiant lecteur à la découverte de terres inconnues.


Permanence de la poésie et Université d’écritures ont donc des Caps proches. Sur ce vaste océan, quoi donc de plus normal que d’échanger des signaux, au sémaphore, à la lampe à éclats, par pavillons hissés aux cornes des mats ?

Nous nous espérons voguer longtemps de conserve, caravelles aux prises avec le même espoir d’Amérique, la même soif d’espaces épicés, de d’horizons aurifères et de saisons sans soucis...


[1]Les saisons du poème
Revue du Forum des poètes
64 Boulevard J F Kennedy 94000