le sculpteur d'eaux

Un titre managérial

Les pièces organisées au sein de le sculpteur d'eaux avaient tout d'abord été classées sous le titre provisoire l'oiseau supplice. Ce titre a d'ailleurs été conservé pour un des textes qui le constituent.

Un sculpteur, c'est un manageur de formes. Il commande à la matière et lui insuffle l'énergie d'un projet. Qu'il procède par modelage — le management doux — ou par taille — le management dur — il est celui qui laisse son empreinte sur des événements, des constructions, des personnes.

Des prépublications

Faire vivre ses textes, si c'est les réunir un jour sur le territoire de leur tribu, village bien structuré révélant les structures de parenté et de filiation entre poèmes, c'est aussi les constituer en diaspora à travers l'espace indéfini des lieux de lecture et de parole : journaux, revues, anthologies, affiches, sites, listes, forums, blogues, et autres scènes ouvertes ou spectacles poétiques.

Sans pouvoir les rapporter toutes, ne serait-ce que parce que certaines me sont inconnues, j'ai gardé autant que faire se peut trace de ces prépublications.
Une des sections du livre est d'ailleurs le recensement des passages en revue dont j'ai eu connaissance. Si les revues poétiques prennent le risque de publier sans en tirer profit financier certains textes qui leur sont proposés, ce qui est un cadeau cordial qui honore autant ses animateurs que l'auteur, je juge qu'il est juste de prendre acte de leur soutien, racine de la reconnaissance naissante, ou tuteur de la notoriété émergente.

D'autres prépublications sont ici signalées.

chapitre de sites



page de blogues

Douce Utopie a publié, sous le titre prison le poème l'arbre prison.
Je ne sais qui est *, propriétaire de ce blogue dédié à saisir l'instant de grâce en cette étoile. J'ai laissé ce commentaire :
Le 16 novembre à 9 h 25, date à laquelle ce texte a été «posté», j'étais dans le Delta de l'Ebre, à la limite sud de la Catalogne...Je ne sais donc pas qui a mis ce texte en ligne, mais je l'en remercie chaleureusement.
Si c'est moi, je suis désolé de n'en avoir souvenance. Quand je passe sur des sites dédiés à la poésie vivante, je laisse très souvent en signature un texte libre de publication...et je suis heureux de voir celui-ci ici mis en valeur par une mise en page plutôt esthétique, et placé en bonne compagnie.
Le titre complet en est : l'arbre prison. Il fait partie de la section L'élagueur de fontaines de mon livre, encore inédit, Le sculpteur d'eaux. Ce livre sera d'ici quelques semaines mis en ligne sur le site www.adamantane.net que j'ai créé et tiens à jour à la fois pour diffuser mon travail et pour éditer d'autres écrivains. Avis aux amateurs...

Mon commentaire n'en a pas pour l'instant suscité d'autres

Le prix Jacques Normand de la SGDL

Début 1987 Jacques Arnold me demanda un exemplaire du manuscrit de Le sculpteur d'eaux. Je ne sais quel usage il en fit, toujours est qu'à l'automne 1987 je fus averti que la Société des Gens de Lettres de France avait attribué à ce travail son Prix Jacques Normand.
Je me rendis donc à l'hôtel de Massa le 15 décembre 1987. En bonne compagnie (Jean Laugier, ...)
Le montant du prix, 5 000 F, était destiné à aider l'auteur à publier son manuscrit. Je crois bien qu'il alla grossir la dette diffuse de La Jointée.
Il me reste toutefois le diplôme qui accompagnait le chèque.

Session d'automne 1987

Références : Vagabondages n° 70
Journal des llettres et de l'audiovisuel de la SGDL

Un premier aperçu...