WikiPédiage

la page de l'utilisateur Adamantane sur Wikipédia


WikiPédia, fille de NuPedia et de WikiWiki, née le 15 janvier 2001, est une encyclopédie ...non encyclopédique, puisque incomplète et évolutive. Plutôt une gnosthèque.

Ce puzzle-boule dont chaque pièce humanoïde semble être une lettre est-il le bal des alphabets [1 dév] ou la danse des connaissances ?

Comment ça marche, à quoi / à qui  ça sert, pourquoi tant de temps investi, quelle récompense pour ces bénévoles souvent plus engagés, plus proactifs que des salariés ?


Sur la prééminence du provisoire


Le nom même d'encyclopédie est un peu décalé, même s'il est affiché dans les principes fondateurs: il n'y a pas de maître d'œuvre pour l'esprit d'ensemble, pas de directeur de rédaction pour organiser l'exhaustivité du champ couvert, pas de chef graphiste pour la mise en page et l'iconographie...

Les contributions sont l'image des centres d'intérêt des contributeurs : vu l'âge moyen, les métiers dominants, les styles de vie déclarés, il est normal que le lecteur constate d'énormes lacunes dans certaines disciplines et un excès d'informations détaillées dans d'autres.

La règle du jeu n'est pas d'écrire au responsable de publication -qui est en fait un égrégore protéiforme, ondulatoire et anarchiste autogéré- pour signaler anomalie, manque, voire erreur, que ce soit sur le fond comme sur la forme, mais de mettre la main au clavier et de retoucher l'article repéré, voire d'ébaucher le manquant ou de fractionner le foisonnant...

Il y a beaucoup d'énergie dépensée en corrections, propositions d'outils d'amélioration :

J'ai participé à un long et subtil débat sur la meilleure façon d'orthographier les lettres de l'alphabet grec en français. Il y a même des guerres d'édition, demandant arbitrage de membres du groupe qui n'ont qu'un statut de notoriété reconnue par les autres, mais peu de droits de regard sur le contenu des pages et peu de moyens d'actions au niveau informatique du WiKi...

Dans WikiPédia, tout énoncé est provisoire et toute le monde peut le réfuter ou l'améliorer. La contrepartie est que toute retouche laisse une trace dans l'historique, qui est public...A chaque page est de plus associée une page de discussion permettant de faire des remarques et propositions sans retoucher le texte principal.
Chaque utilisateur a également sa propre page de discussion et la possibilité de mener à bien un métatravail sur plusieurs niveaux : une page, une catégorie de pages, la règle du jeu des contributions, les droits accordés aux contributeurs, et d'autres encore. Il est possible de tracer l'historique d'une page, donc de ses modifications.
Revenir au sommaire

Sur le concept d'encyclopédie

Comme WikiPédia se définit en sa version francophone comme encyclopédie libre, gratuite, coopérative et multilingue, il faut bien assumer les tensions entre les divers qualificatifs.
C'est probablement entre "libre" et "coopérative" qu'est la tension la plus créative. Et la plus difficile à vivre. Les encyclopédies traditionnelles, celles qui font des milliers de pages logées dans des dizaines de gros volumes, ont pour elles l'aura partagée de rédacteurs déclarés spécialistes et le travail de coordination éditoriale d'une oligarchie rémunérée pour réussir. Wikipédia peut certes finir par atteindre et dépasser le volume de l'Universalis (exemple pris au hasard). Mais la différence essentielle est la cohabitation de vrais spécialistes et d'une multitude d'amateurs, au sens positif du terme.

Autrement dit, l'originalité peut-être, est la cohabitation de données réputées sérieuses et crédibles avec des points de vues latéraux, marginaux, iconoclastes, voire subversifs. Un article WikiPédia est pour moi formé de la réunion de sa page d'exposé et de sa page de discussion.

Les encyclopédies classiques n'ont pas beaucoup de pages de discussions : là est à mes yeux l'avantage différenciant de WikipPédia. Problème : certains contributeurs confondent exposé et discussion, et d'autre vont plus loin encore en ne débattant pas, mais en modifiant l'exposé d'abord, et en discutant si besoin ensuite, d'où pas mal de guerres d'édition.

Le contributeur qui cite ses sources, et différencie ses hypothèses personnelles (elles sont légitimes) des données collectées et idées reçues, encourage son lecteur à plus d'autonomie, et l'aide à développer son savoir lire, son savoir penser, et même son savoir réagir, plus encore que son savoir. C'est peut-être ça, pour moi, la raison d'être d'un travail encyclopédique collaboratif ?
Revenir au sommaire

Sur le sang-froid rédactionnel


Pas mal des difficultés que je vois vivre, et vis moi-même dans l'univers internautique est je pense l'excès de spontanéité langagière. Une vanne qui passerait dans un débat amical, car enchâssée dans un contexte convivial où intonations, gestuelle, complicité viennent enrichir la couleur et le sens profond du propos, dans les télégrammes que nous nous envoyons vient fleureter avec la tentative d'insulte. Prisonniers de l'apparence des mots, nous les prenons au pied, dans les tréfonds même de la lettre, et le ton monte.

Comment faire pour éviter ces escalades dangereuses, car passée une certaine hauteur redescendre c'est choir ?

Je reviens sur l'emploi de la page de discussion. Si avant de faire une modification à un article je la propose en discussion, et attends un délai raisonnable pour que celles et ceux qui le suivent puissent réalistement réagir, ai-je des chances de prévenir des conflits ?

D'autant que le système WikiPédia contient plusieurs espaces de discussion ouverts pour s'écrire : ceux des articles, ceux des contributeurs, ceux consacrés à des procédures de fonctionnement, le bistro...et d'autres que j'ai dû oublier de visiter !

Par contre, rien n'empêche un contributeur d'user, en discussion, de formulations dangereuses (je suis un spécialiste, vous n'êtes qu'un amateur, je vois que vous n'y comprenez rien, votre idée est stupide,...florilège à constituer...) et même parfois franchement inadéquates (pas étonnant de la part d'un universitaire, les autodidactes ont tous le même complexe, encore une erreur de logique, vous êtes contaminés par des idées extrémistes,...autre anthologie possible...). Je reconnais que je n'ai aucune solution à proposer, et qu'il est donc raisonnable pour moi de cesser de considérer ces déviations de langage comme un problème, et de les prendre comme une inévitable imperfection possible des relations entre contributeurs.

Revenir au sommaire

Sur les organes de régulation


Mon expérience de systémicien me pousserait à dire "évitons la multiplication des organes de régulation". Ils finissent par s'auto-alimenter et prennent le pas sur le process principal de production.
Il est je pense de bon goût de pratiquer le retour d'expérience, et d'oser modifier les règles et instances d'exécution à mesure que la situation évolue, sans aller toutefois jusqu'à les modifier en cours d'application, la rétroactivité des lois ayant à juste titre aussi mauvaise image que la confusion des pouvoirs :celui de faire émerger et formaliser les règles et celui de guider dans leur mise en œuvre....
Revenir au sommaire

Sur l'art de la courtoise et utile discussion, ou comment sauver le soldat Wikipedia ?


De retour de voyage, je prends connaissance de ce fil de discussion.
Je suis allé lire l'article à l'origine de notre débat.
J'ai repéré dans son contenu deux points qui peuvent attirer notre attention, indépendamment du jugement que certains peuvent porter sur d'autres aspects du texte, en particulier les aspects libertaires (et encore...) et le concept de Web 2.0, concept qu'à titre personnel je ne trouve pas pertinent (j'en ai vu d'autres, et en matière de techniques de traitement de l'information, il y a une nouveauté tous les dix-huit mois...Qui se souvient, au hasard, de "la révolution du microfilm" ?).

-1- Le contenu de la page de discussion associée à un article n'est, à mon avis, pas assez mis en valeur (quand les contributeurs ont pris la peine de la nourrir, bien sûr). Que l'article principal tente de satisfaire au principe dit de neutralité, belle utopie directrice, cela me va bien. Mais réveiller l'esprit critique du lecteur, contributeur qui s'ignore, telle est pour moi une des raisons d'être de notre base de données interactive (certains disent encyclopédie...vocable évoquant une architecture un peu statique tout de même, loin de l'architexte souhaité). J'ai d'ailleurs épinglé cette idée dans la boîte actuellement suspendue à notre mur. Un lien hypertextuel entre les mots-clefs d'une partie "discutable" d'un article et la discussion afférente serait un plus, comme disent les vendeurs.
Je suis certain qu'une des potentialités mal exploitée du dispositif est l'aspect échange, compromis, coévolution raisonné des articles, qu'il est est possible de mettre en valeur mais reste au second plan.

-2- La manière de faire, ou plutôt d'écrire, de certains de nos administrateurs-patrouilleurs laisse à désirer, tant pour la convivialité que pour la pédagogie. Avant de raboter des articles, il serait bon de dégauchir ses manières.
Je comprends que quelques contributeurs se sentent mal-aimés. Il ne suffit pas d'avoir passé des heures à peaufiner des notices pour posséder l'art d'expliquer sans blesser et de guider sans casser la motivation. Comme je crois à l'utilité de notre entreprise collective, je m’accommode des froideurs technologiques de certains jeunes gens qui me rappellent à l'ordre sans ménagement lorsque je me trompe dans la syntaxe du Wiki ou que je tarde à référencer des sources. Ils semblent oublier que les plus anciens de la collectivité sont souvent aussi ceux qui ont depuis des décennies travaillé à créer l'informatique moderne, et qu'il se peut qu'ils aient par éducation été imbibés d'une manière de parler et d'écrire qui se veut courtoise, à défaut d'être optimale pour ce qui est du ratio [nombre de mots] / [concept].
Je n'ai jamais "pleurniché parce qu'on avait modifié ma mise en page". J'ai par contre assez souvent été malheureux de me voir rappeler à l'ordre comme si j'ignorais ( et encore, que reprocher à qui s'efforce d'apprendre ?) des principes en faveur desquels je travaille depuis assez longtemps et surtout de découvrir ma contribution adornée de mentions marginales en rouge-honte (non, ça c'était quand je préparais mon certif...maintenant il y a des bandeaux, et/ou des notes du genre "référence absente" ou "à sourcer" saupoudrées de manière un peu arbitraire dans le corps du texte).
Ne pas être un réseau social ne veut pas dire mépriser les conventions sociales qui font les bons rapports interpersonnels, n'est-ce pas ?

Bon, j'essaie de dire ça gentiment... Ce 26 août 2011 vers 15 h 39

Réponse en commentaire sur Owni
Réponse d'Authueil sur son propre blog
Revenir au sommaire





[1 dév]

Me sont bien identifiables le oméga grec, le double-vé (duobla vo) latin, le iže cyrillique, le dalet hébraïque.
Pour ce qui est de la lettre à droite du W, après hésitation entre l'alif maksoura et le ya', ce qui est intéressant puisque l'alphabet arabe va de l'alif au ya, je me suis décidé pour le ya'.