Le Miel de l'Abîme, de Marc Alyn



Sommaire de l'étude

► Forme de la forme, ou l’opéra des signes parlants
► Fond de la forme, ou la généalogie des mythes et des mots
► Forme du fond , ou le secret sacré des images-magies
► Fond du fond, ou la genèse individuelle de l'éternité
► Annexes

Méthodologie d’une lecture explicative

Cette une étude sur le texte actuel d’un des livres de Marc Alyn , Le miel de l’abîme [1] a été publiée en juillet 2001 dans le numéro 68 de la revue Jointure, pages 3 à 29. Elle y est accompagnée:
-d’une lettre ouverte à Marc Alyn, reprise dans les annexes
-d’une biographie du poète, enrichie de références d’ouvrages de présentation de son oeuvre
-de trois poèmes antérieurement inédits
-de deux photographies
-du fac-similé d’un manuscrit
-de quatre témoignages, ceux de Alain Freixe, Robert Mallet, François Montmaneix et de Jean-Luc Wauthier
Je donne en annexe quelques informations sur la genèse, le décours et les suites de ce travail de lecture critique.

Le binaire forme x fond : une dualité trop restreignante

Pour écrire ce qui suit, je me suis appuyé à la fois sur:
-une écoute de la parole prononçable, par une lecture à voix haute, et l’ouverture aux sensations induites par le livre-poème,
-un ensemble d’analyses du contenu lexical induisant des observations et des déductions sur des particularités remarquables de l’activité langagière du poète.

Si je m'intéresse au carré de la somme de la forme et du fond, alors je peux noter, car forme et fond ne sont pas permutables et que leur produit n'est donc pas commutatif :
(forme + fond) x (forme + fond) = (forme x forme) + (fond x forme) + (forme x fond) + (fond x fond)
Les quatre portes successives sont donc :

la forme de la forme :: le fond de la forme :: la forme du fond :: le fond du fond ::

Ces portes sont celles qu’une progression mosaïque suggère, à pas comptés, à des pas prudents. La simple dialectique de la forme et du fond, en effet, offraient à mon désir de compréhension du texte une ouverture insuffisante, trop schématiquement binaire. Mise au carré, enrichie en se multipliant par elle-même, elle m’a guidé en m’obligeant à franchir les quatre portes avec précaution et humilité.

J’ai donc fait mon travail de lecture en pénétrant dans le livre, considéré en lui-même comme lieu sacré, temple peut-être, par quatre portes successives [2], décalées.

Quelle est la cinquième porte ? A chacun de la trouver.
Ces quatre portes donnent leur nom aux parties de cette analyse telles qu’elles figurent dans le menu en marge de droite

Contribution des NTIC à la recherche en littérature…

Pour mener à bien cette étude, j’ai scanné le livre, afin d’avoir à ma disposition l’intégralité de son texte, mise en page comprise. Puis j’ai utilisé les ressources d’un traitement de texte et d’un tableur pour effectuer la partie froide et méthodique de ma recherche.

Je souhaite que cette information, donnée pour aider à comprendre d’où je tire les données secondes sur lesquelles s’appuie ce travail, ne pousse pas à croire que le recours à l’informatique m’a fait faire l’économie d’une traque amoureuse des mots, d’une ouverture à la sensation de plénitude que déclenche la caresse d’un texte plus qu’accompli, d’un abandon sensuel au charme de la parole de Marc Alyn.

L’informatique est un outil [3] : l’outil est au service de la matière, la matière au service du geste, et le geste au service de l’artisan. Et inversement, dirait Marc Alyn.

 



[1] L’Harmattan – Collection « Poètes des cinq continents » - Paris 1999

[2] Ce schéma est inspiré de la démarche d’aide à la créativité par « multiplication des segmentations ». étant données deux segmentations, par exemple les binaires chaud/froid et sec/humide, leur produit, matérialisé par un tableau à double entrée engendre quatre catégories « élémentaires » bien connues par ailleurs :

 

chaud

froid

sec

feu

terre

humide

air

eau

L’idée est que rien n’empêche, au lieu de combiner deux segmentations différentes, d’en élever une au carré.
Cette approche a de plus la vertu pédagogique de remplacer le choix binaire entre deux segmentations (faut-il donner priorité, en matière climatique, à l’opposition chaud/froid ou à l’opposition sec/humide ?) par la combinaison harmonieuse des deux critères, ici température et hygrométrie. Combinaison pragmatiquement mise en œuvre dans le thermohygromètre, qui définit un espace de confort associé à certaines combinaisons des valeurs prises par les deux indicateurs.

[3] En fait, un ensemble d’outils, plus qu’un outil…outils matériels (mettre en page, dénombrer, trier…) et outils mentaux (structurer la pensée, soutenir la créativité, orienter la communication,…)