-l-i-e-n-s-

L’économie ambiguë du lien : il connecte et rend libre

Hypertexte et réseau font partie de la constitution intime d’Internet. Mentionner des liens n’est pas une opération neutre ou, pire, fortuite : le maître du site a ses raisons de le faire, et l’internaute aussi de les suivre, ou non.
Partie des miennes relèvent de l’application d’un des principes énoncés. D’autres aussi de l’envie de susciter une réciprocité, pourvu qu’elle soit librement consentie, et révocable si besoin est.

La digression entre cohérence et dispersion : les liens et les notes

La structure d' adamantane.net est composite :

Digression et cohérence

Il en résulte que de nombreuses digressions peuvent ainsi être proposées au lecteur, sans avoir à être justifiée par le rédacteur autrement que par l'idée qu'il se fait de l'intérêt potentiel de ces détours. Elles peuvent être délaissées. Mais elles demeurent accessibles en temps choisi. Les digressions permettent de concilier deux conceptions complémentaires, mais matériellement incompatibles sans l'aide des liens internes et externes que la syntaxe du langage html autorise, du livre global qu'est un site :

Typologie des liens

Le diagramme des liens a aussi sa place en consultance, en particulier pour la conduite d’audits sociaux, mais ceci est une autre histoire [1]

Certains des liens établis entre adamantane.net et d’autres sites sont accessibles au fil du texte. Ils le sont parce que qu’ils sont soit circonstanciels, soit contextuels, donc viennent expliquer, illustrer ou relativiser ce qui est écrit.
D’autres sont explicitement attachés à ce chapitre, liens, ce qui leur confère un statut particulier, et deviennent ainsi partiellement indépendant du contenu de ce site même :

Je donne ou j’esquisse chaque fois mes raisons.

Etablir un lien vers un site ne veut pas dire pour moi adhérer sans restrictions aux points de vue exprimés. A la limite, mais j'en n'ai pas usé ici, l'application du principe selon lequel il faut connaître ce que l'on combat aurait même pu me conduire à montrer ce que je n'aime pas...mais adamantane.net se voulant informatif et coopératif, et non pas polémique, ses éditeurs, son rédacteur demeurent centrés sur la promotion des goûts, idées, points de vue, approches,...dans lesquels ils se reconnaissent le plus.

Ne pas établir de lien avec un site connu ne veut pas non plus dire ne pas en imaginer l’utilité potentielle : tout élément de réseau, sous peine de devenir illisible ou impraticable, a ses limites.

Les épigraphes, ou les liens invisibles

Les deux épigraphes associés à ce chapitre illustrent deux jugements de valeur personnels sur le concept de lien tel qu'ici mobilisé.


Les sites que je recommande, veux faire connaître : le trésor

Outre les sites objets des liens mentionnés par commodité dans la section contact, il s’agit de sites pour lesquels j’ai une raison personnelle de les décrire et introduire ici.
Je suis soit partie prenante dans leur contenu, soit assez attaché à leur créateur pour m’engager sur l’intérêt, à mon avis, de les explorer.

Des sites que je signale, qui ne m’ont pas laissé indifférent : la desmothèque

Au fil de mes propres navigations, et en particulier dans le cadre de mes recherches personnelles, j’ai ouvert, parcouru ces pages, et y ai trouvé des informations utiles, ou même simplement étonnantes pour moi. Il va de soi que je ne peux vous garantir qu'ils auraient, auront le même intérêt pour vous. L'idée est de jeter un oeil...comme sur un pied dans une librairie au livre que l'on feuillette.
La desmothèque [2] est un catalogue raisonné de liens.



Le contenu et la présentation des sites vers lesquels pointent des liens relèvent bien entendu de la responsabilité de leur propriétaire. Quant à la rupture, toujours possible, de certains liens, en dépit de nos efforts de rafraîchissement, elle nous désole autant que vous...


[1] Comme le disait (dans une autre langue…) Rudyard Kipling dans ses histoires comme ça (il faudra aussi que je traduise)

[2] Du grec δεσμός [desmos], lien, et θήκη [thèke], boîte...