Jules Augustin Rémy Gayraud,
ecclésiastique, orientaliste et poète


Jules Gayraud

Jules Gayraud
d'après...
[*]

Né en 1839, un siècle avant moi, mort en 1914 à Veulettes-sur-Mer, dont il fut le curé [1] de 1895 à 1912, et où sa tombe peut être visitée, Jules Augustin Rémy Gayraud est un des oncles de ma grand-mère maternelle, née Laurence Tenaillon.
Cette filiation est aussi à l’origine du lien de cousinage par alliance que j’ai avec le poète Jehan Despert.

Un de ses poèmes épiques, en XIII chants, Don Gilles, ou le magicien du XIII° siècle, dédié d'ailleurs à ma grand-mère,donna son nom à la villa veulettaise, propriété de mon arrière grand père Ludovic Tenaillon, puis de ma mère, et qui fut de 1947 à 1969 le lieu où j’appris la mer, les mouettes , les homards et les falaises.

Attention à l'homonymie : L'abbé Jules Gayraud est contemporain de l'abbé Hippolyte Gayraud ( 1856 - 1912), lui aussi homme de lettres... [7]

Sommaire


Notre rencontre

Forte voix, forte dame
Le crabe
Un texte autographe

A propos de...


Notre rencontre...

C'est l'été 1949, en demandant à mes parents l'origine du nom bizarre de la villa que nous habitions dans le pays de Caux , Don Gilles, que j'entendis parler pour la première fois de Jules Gayraud.
La villa, nommée à l'origine Villa Médicis, avait été rebaptisée en 1906 par son nouveau propriétaire, Ludovic Tenaillon, du nom d'une des œuvres de son beau-frère, Don Gilles, ou le magicien du XIII° Siècle, ouvrage publié en 1900.

Je l'ai ici étiqueté orientaliste car il acquit, selon la tradition familiale, pour améliorer ses traductions des livres saints, de solides notions d'hébreu et de sanscrit. Sa bibliothèque personnelle, à en croire les notes de certains de ses livres, contenait des ouvrages de la même veine.

La variété de son œuvre poétique est grande. J’en ai extrait deux pièces de style et d’intention différents.
Si le style date, la pensée n’en est pas moins moderne. A mon avis…

A noter que Jules Gayraud n'ayant de descendants que collatéraux, du fait de ses engagements ecclésiastiques, et me trouvant personnellement être, avec ma cousine Marie Dufraîne, un point terminal de cette lignée, j'ai pensé n'avoir point  d'autorisation à demander pour diffuser partie de son œuvre, à la fois confidentielle, méconnue, et de plus tombée dans le domaine public.

Forte voix, forte dame


Madame, votre voix ferait pleurer le marbre,
Celle du rossignol devant vous pâlirait ;
N’allez pas pour cela vous percher sur un arbre ;
          La branche casserait !


Extrait d’ azur et fange, Malleville-les-Grès, 1895

Le crabe

Un soir sous la haute falaise,
Entre la mer et le ciel bleu,
Assis à l’ombre d’un mélèze,
Mon âme errait du monde à Dieu.

On sentait planer sur l’abîme
Comme un reflet de l’Infini,
Et dans l’immensité sublime
L’horrible au beau semblait uni.

Un pêcheur écumant la grève
Sous nos regards fit grimacer
Un monstre affreux et comme en rêve
Quelquefois j’en ai vu passer.

C’était un crabe, enfant des lames,
Verdâtre, à l’œil étincelant.
On eût dit, sous les noires flammes,
L’œil d’un démon au ciel hurlant.

Tortueuse était son allure,
En biaisant et tournoyant,
Le crustacé sous son armure
Ne me semblai guère attrayant.

Et je songeais : c’est le symbole
Du fourbe et de l’astucieux.
Le crabe prit alors la parole
Et j’écoutais, silencieux …

« Ô toi qui crois si bien connaître
Les lois de ce vaste univers,
Enseigne-moi comment un être
Peut aller droit ou de travers.

Aller droit, est-ce à l’aventure
Diriger ses pas devant soi,
Ou bien , guidé par la nature,
Prendre instinct ou raison pour loi ?

Car vos courbes et vos obliques
Ne disent rien à mon esprit,
Et je voudrais que tu m’expliques
Où tout commence, où tout finit.

Qu’est l’équateur ? Où sont les pôles ?
Quel est le haut ? Quels est le bas ?
Ce ciel qui luit sur tes épaules,
Sous tes pieds ne brille t’il pas ?

Marcher droit, si tu veux m’entendre,
C’est se mouvoir en son milieu ;
Aller au but où l’on doit tendre :
Le crabe aux mers et l’homme à Dieu.

Or qui de nous suit mieux sa voie ?
Sois ici juge : j’y consens !
Fait pour louvoyer, je louvoie,
Fait pour monter, toi tu descends ! »







La leçon était solennelle.
Je bénis l’humble crustacé,
Songeant à mieux guider mon aile
Vers le but que Dieu m’a tracé.


Fécamp, 15 juillet 1887 ; extrait de Les Mallevillaises, Malleville-les-Grès, 1891

Un texte autographe

Au verso d'une image représentant La sainte Vierge, à l'école de sa mère, sainte Anne.
format 110 X 65.
Ce quatrain désabusé marquait, à la page 9 des élévations poétiques, dans l'exemplaire qui m'est venu de famille, le texte Mulier, ecce filius tuus .



La mention sous la signature, prêtre, rappelle son statut. On pourrait lire...poète


Un poème autographe




Ce poème figure pages 22 à 24 du recueil sous la hêtraie. L'épigraphe est le commencement du verset 5 du Psaume 73 (72) :

(...les impies...)
De la peine des hommes ils sont absents
Avec Adam il ne sont point frappés.


Manuscrit retrouvé dans mes archives personnelles, et transmis par filiations  successives depuis la dédicataire jusqu'à mon niveau.


Sa vie

Sa vocation initiale

Disciple de Saint Pierre-Julien Eymard [2]. Fils de Laurent Gayraud, tailleur pour ecclésiastiques [5], installé 80 rue Bonaparte à Paris [6] . C'est probablement poussé par son père qu'il s'orienta vers un état religieux qui, de plus, convenait peut-être à certains besoins intérieurs. Il séjourna près de La Hulpe ,à Malaise-la-Hulpe, en Belgique,de 1880 à 1883, avant que le contexte de l’époque (décrets de 1880 sur les congrégations, annonçant la loi de séparation de l’Église et de l’État) ne le pousse à quitter le clergé régulier pour le séculier.


Sa reconversion en paroisse


Jules et Marthe
les deux tasses offertes
lors de son départ
de Choisy-le-Roi.




Image à insérer

Il fut d'abord affecté comme vicaire en 1883 dans une paroisse ouvrière, à Saint-Louis de  Choisy-le-Roi. La charge étant lourde et complexe, en secteur ouvrier, il se fit nommer en 1887 à Saint-Rémi de Vanves.
A son départ de Choisy-le-Roi, les ouvriers de la faïencerie lui firent présent de deux tasses, marquées à son prénom et à celui de sa soeur Marthe, qui était déjà sa gouvernante.
Désireux de continuer ses travaux d'écriture, il se trouva bien de prendre en charge la relative sinécure que représentèrent pour lui la cure de Malleville-les-Grès, en 1889, puis en 1895 - du fait du décès du desservant - celle de Veulettes-sur-Mer, villages tranquilles du Pays de Caux maritime.

Ses œuvres

Élévations poétiques


Élévations poétiques, par l'Abbé Gayraud, Directeur des Sœurs du Sacré-Cœur de Marie à La Hulpe.

Paris, Société Générale de Librairie Catholique, Victor Palmé, Directeur-Général, 76, rue des Saints-Pères. Bruxelles, J. Albanel, Directeur de la succursale, 12 rue des Paroissiens. Genève, H. Trembley, Directeur de la succursale, rue Corraterie, 4 [2b] ,
Imprimerie Alfred Vromant, 3 rue de la Chapelle, Bruxelles.
Tous droits réservés.
Publié en 1880.

On notera avec intérêt les noms prédestinés des rues logeant les divers partenaires de cette publication.
Format 12,5 x 19 -  224 p - 87 poèmes.

Avertissement au lecteur

La plupart des morceaux contenus dans ce recueil ont été inspirés par quelque passage des livres saints ou des écrits des Docteurs de l'Église ; s'ils ont quelque chose de bon, c'est à ces sources sacrées qu'il faut l'attribuer.
L'auteur les offre aux rares amateurs de la poésie religieuse ; les personnes peu sensibles aux charmes de l'harmonie y trouveront au moins des sujets de méditations sur les principales vérités chrétiennes.


Liste à détailler et illustrer

 
► Satires 1885 Choisy-le-Roi Imprimerie Marthe Gayraud 12 x 15,5 352 p 4 livres, 91 poèmes
 
► Chants du désert 1888 Vanves M Gayraud éditeur 12 x 15,5 312 p 53 poèmes

► Les Mallevillaises 1891 Malleville M Gayraud éditeur 14 x 19 186 p Avertissement  63 poèmes. Les Mallevillaises ont été scannées par la BNF et sont lisibles, et même feuilletables, sur Gallica...

 
► Azur et Fange 1895 Malleville Imp MG, Malleville 14 x 19 114 p Au lecteur 39 poèmes
 
► Don Gilles, ou le magicien du XIII° siècle , poème en 13 chants 1900 Veulettes Imp MG, Veulettes Avant-propos 13 chants, chacun suivi de notes Invocation

► Naïm, poème en douze chants , à ma nièce Laurence Tenaillon 1903 Sans marque d'éditeur 16 x 20 Non paginé Liminaire 13 chants Notes


► Sur le galet Illustrations en photogravure 1905 Veulettes Imp MG, Veulettes 16 x 20 134 p Au lecteur 52 poèmes.
Il fit imprimer en 1905 son pénultième recueil connu, sur le galet , orné - ce qui était une innovation pour un amateur - d'illustrations en photogravures, dont son propre portrait, et précédé d'un avertissement datant les textes de la période allant d'août 1904 à mars 1905. Je possède sous une autre forme certaines des illustrations, dont les clichés ont servi à l'édition de CPA de Veulettes-sur-Mer qui ornent la collection que j'amasse conjointement avec mon frère Étienne Desthuilliers.

► Sous la hêtraie 1909 Veulettes Imp MG, Veulettes 110 p Epigraphe 40 poèmes Notes.
C'est en 1909 que paraît, toujours imprimé à «Veulettes s/ Mer», sous la hêtraie, un recueil de textes datés de 1906 à 1909, suivi d'un corps de notes. Ces notes consistent en reproductions de courriers reçus de la part d'éminents lecteurs :
Il y traduit des poèmes de Giosuè Carducci (probablement à l'occasion du Prix Nobel de Littérature accordé à l'Italien en 1906 ; les textes originaux sont dans les notes) , commet des fables et des contes, donne des conseils éducatifs à sa nièce Laurence Tenaillon, fait l'éloge de l'orgue et donne en sus son avis sur certains événements politiques du moment.


► Poèmes Figure dans les Œuvres complètes

Dernières lueurs


Dernières lueurs, par l'Abbé J. Gayraud. En dépôt chez l'auteur, à Veulettes-sur-Mer (Seine Inférieure). M. Gayraud, éditeur, 1904. Préface de l'auteur.

Suivi par :
  • Une leçon de Maître Albert, (Albert-le-Grand, maître de Saint-Thomas d'Aquin ), poème en XII chants suivi de notes explicatives. Il y fait référence à Boèce, Consolatione philosophiae, et à (Antonio) Goudin, Philosophia, tome 3. Il invoque les quatre sens intérieurs de la philosophie scolastique, ainsi que les cinq universaux.
  • La vocation sacerdotale, hommage à Monsieur l'Abbé Le Clerc, curé de Saint-Martin-aux-Buneaux, à l'occasion de ses noces d'or sacerdotales, le 5 mars 1903. Suivi de notes explicatives.
  • Naïm, poème en douze chants, dédié à sa nièce mademoiselle Laurence Tenaillon, précédé d'un introduction interrogative - Les astres sont-ils habités ? - et suivi de notes explicatives
La IV de couverture cite, comme poésies du même auteur :
  • Fleurs du Cénacle
  • Satires
  • Chants du Désert
  • Les Mallevillaises
  • Don Gilles
180 p.



La majeure partie de ses œuvres littéraires connues, celles datant d'avant 1902, ont été rassemblées par sa demi-sœur, et gouvernante, Marthe Gayraud [4] , imprimeur et éditeur, en trois volumes, comprenant :

A ma connaissance, ces œuvres complètes ont été tirées  à 150 exemplaires.

La plupart de ses recueils ont bien entendu fait l'objet de tirages spécifiques, et ont été vendus, par le biais de libraires parisiens et rouennais, et aussi chez l'auteur, au profit de la reconstruction de la nef latérale droite de l'église Saint Valéry de Veulettes-sur-Mer, dont les bas-côtés avaient été détruits au XVIII° siècle.
La nef latérale gauche avait été restaurée en utilisant le produit de la vente des toiles de son prédécesseur, l'Abbé Bru, auquel il dédia deux poèmes :
-Inscription pour mettre au bas du portrait de M. L'Abbé Bru, curé de Veulettes, peintre de natures mortes en novembre 1889
-et Euge [3], probablement à l'occasion de sa retraite, en juillet 1890.

D'autres titres ne figurent pas au sommaire de ces œuvres complètes,  soit qu'il n'ait pas désiré les voir republiés, soit...qu'il ne les ait pas encore terminés.




[*]

Légende à revoir. La photo a été changée...

Cette photographie figure en frontispice de son livre sur-le-galet, sans mention explicite du photographe, mais avec en légende une citation tirée de la satire IV de Quintus Horatius Flaccus , plus connu des français sous le nom d'Horace :

Ingenium cui sit, cui mens divinior, atque os
Magna sonatorum, (ae)des nominis hujus honorem.


Ce qui se traduit à peu près par :

Celui qui est génial, inspiré par les dieux, dont la bouche
 A la parole retentissante, celui-là mérite le nom de poète.

[1]


Sa tombe se trouve au cimetière de Veulettes-sur-Mer, à droite du chemin d'accès, dans l'année n°1 du cimetière, première de cette rangée, à proximité du monument aux morts et de l'entrée du bas-côté de droite. Elle mentionne :


ICI REPOSE
MESSIRE
JULES AUGUSTE
RENÉ GAYRAUD
CURÉ DE VEULETTES
DE 1895 Á 1912
DÉCÉDÉ
 LE 23 8BRE 1914
DANS SA 75° ANNÉE

----------

R I P


Son successeur à la cure fut l'Abbé Demeilliers (1876 -1950), dont la tombe jouxte la sienne en tête de l'allée n°2.

[2] Auguste Rodin réalisa en 1863 un buste de Julien Eymard. Et Jules Gayraud , quant à lui, dédicaça à «Augustin» Rodin un de ses poèmes, le 10 août 1892 , ...
Cette familiarité s'explique par le fait que Rodin entra en 1862 chez les Pères du Très-Saint-Sacrement, l'ordre créé par Pierre-Julien Eymard après le décès de sa soeur Maria Eymard ; on lui confia un atelier pour pouvoir travailler. Il modela le visage du père Eymard, mais l'oeuvre, jugée peu ressemblante, finit au grenier. Elle est aujourd'hui au Musée Rodin. Il quitta le noviciat au bout d'un an sur les conseils du père supérieur qui l'encouragea à poursuivre dans la voie artistique.
Ces dernières informations me viennent pour la plupart de Richard Ste-Marie via son site consacré à Rodin.

Quand au Père Pierre-Julien Eymard, il fut canonisé par Jean XIII à l'issue du Concile Vatican II. Son procès en canonisation laissa souvenir dans ma propre famille : ma grand'mère Laurence Dufraîne possédait en effet des correspondances échangées entre Jules Gayraud et Pierre-Julien Eymard, correspondances dont elle confia au Père Raoul Ullens, religieux du T.S.Sacrement, les originaux pour que copies en soient versées au dossier. Ces lettres me sont revenues par héritage et sont classées dans mes archives personnelles.
Elles sont datées :

  • St Maurice 12 mai 1867 : Bien cher frère Jules...(Il le rassure sur la sincérité de sa vocation ; de loin la lettre la plus intéressante)
  • St Maurice 30 avril 1868 : Bien cher Père Gayraud...(Il le depêche à Bruxelles retrouver le Père Cardot...au 2 bis rue des Douze Apôtres !)
  • Paris le 13 mai 1868 : Bien cher frère...(Il lui envoie sa bénédiction ; le Père Eymard décédera quelques semaines plus tard ; l'écriture est déformée, rapide, et devenue peu lisible)

[2b] Depuis sept siècles qu'elle existe, la Corraterie a toujours joué un rôle essentiel dans la vie de la cité. Au moyen-âge déjà, les prédicateurs attiraient la foule au couvent de Palais tandis que le confort des bâtiments conventuels permettait d'accueillir les grands de ce monde venus séjourner à Genève.
Lieu propice au négoce du cheval puis à l'art équestre, la Corraterie n'a perdu cette vocation qu'au 20ème siècle, faisant ainsi preuve d'une belle permanence dans la tradition. Promeneurs élégants et boutiques chic ont fait ensuite la réputation de la Corraterie avant que ne s'y installe le monde de la banque et de la finance.
Au même titre que la cathédrale ou le jet d'eau, la Corraterie est un de ces lieux emblématiques qui concourent à l'image idéale de la Cité
.
Bernard Lescaze, sur le site de la ville de Genève.

[3] En latin : Bravo ! En écossais : Houzzé ?

[4] Marthe Gayraud mourût en 1936.

[5] Je possède, à propos de Laurent Gayraud, deux documents d'époque :

  • une facture datée du 24 mars 1864, pour six barrettes en drap et une douillette...L'en-tête commercial est : L.GAYRAUD FRERES [ Ce qui laisse penser que Jules Gayraud peut avoir eu des cousins...], tailleurs du séminaire St Sulpice, 80 rue Bonaparte
    L. GAYRAUD FRERES
    Tailleurs du Séminaire St Sulpice
    Rue Bonaparte, 80
    Près la Place St Sulpice

    Lith. Létang,12, Chemin de Reuilly

    Paris, le 24 mars 1864
    Doit Monsieur Gervoise pour vente au comptant de ce qui suit

    fourni 6 barrettes en drap à 3 f 25 19,50
    une douillette fournie en septembre 1863 75,00
    Pour acquit L Gayraud 94,50
    Barette 3,50
    98,00

    Monsieur, c'est le plus juste prix que je puisse vous compter ces barettes
    J'ai l'honneur d'être, Monsieur le Curé, votre tout dévoué serviteur
    L Gayraud

    Mentions marginales

    La douillette regarder Mr le Curé
    Collection Debuisson Paris


  • une lettre autographe adressée à son fils Jules, datée des 22 mai - 27 mai  1871 - date de la semaine sanglante qui vit  Versaillais et Communards s'exterminer mutuellement, au profit final de ceux-là- et expédiée depuis Paris vers Angers où résidait le destinataire.

[6]



Aujourd'hui, deux vitrines cohabitent au 80 rue Bonaparte. A droite, celle de La Procure, à l'angle de la rue Bonaparte et de la rue de Mézières. A gauche, une galerie d'art. la galerie Marie de Holmsky.

C'est en 1898, à Arras, que l'abbé Henri Delépine, fonde la Procure de musique religieuse, entreprise privée familiale qui élargit progressivement son activité aux livres et à l'ensemble des fournitures pour le clergé et les paroisses.
La Procure s'installe à Paris, 1 rue de Mézières, en 1919, et développe son activité en magasin et par correspondance.
La Procure SA est constituée en 1935. La librairie s'agrandit au 1-3-5 rue de Mézières.

Au 82, était sise la librairie Retaux, où certains de ses ouvrages furent, selon les indications données en page de garde, mis en vente. Je n'ai à ce jour pas retrouvé trace de la Librairie Retaux.



Laurent Gayraud se maria deux fois.
  • De sa première union, naquirent Blanche et Marie-Thérèse -sœurs de Saint-Vincent de Paul, décédés jeunes - et Jules Gayraud.
  • De la seconde, avec Catherine Flammant, naquirent Jean, Blanche -une de mes arrière-grand-mère, et Marthe Gayraud.
Dans sur le galet, Marthe Gayraud mit en scène dans les illustrations deux membres de sa propre famille :
  • page 53, en tête de la ferme, sa sœur Blanche Gayraud, épouse de Ludovic Tenaillon
  • page 95, en tête de l'aïeule, sa mère, Catherine Flammant
http://collections.geneanet.org/ouvrages/index.php?action=search&book_type=livre



[7] Les recherches chez les bouquinistes des ouvrages de l'Abbé Jules Gayraud sont à faire avec précaution. En effet un Abbé Hippolyte Gayraud, dominicain, né le 13 août 1856 à Lavit, et mort le 16 décembre 1912 à Bourg-La-Reine, fut presque son contemporain. Député du Finistère de 1897 à 1911, il publia de nombreux ouvrages, parmi lesquels on cite habituellement Thomisme et molinisme (1890), Providence et libre arbitre (1892), Saint-Thomas et le déterminisme (1895), La foi devant la raison (1906) et collabora également à plusieurs journaux et revues catholiques.