Simonomis,
postier, poète, revuiste et homme d'honneur


Simonomis

Jacques Simon, dit SimonomiS

[*]

C'est le 24 octobre 1987, vers 16 h 30, à une assemblée générale de La Jointée, dont il fut président de séance, que je fis la connaissance de Jacques Simonomis. Nous partageâmes ensuite diverses de ces aventures qui marquent la vie parisienne des poètes clairs-obscurs, par exemple :
  • Séance de présentation-lecture de revue à la maison de Poésie, sous l'égide de Jacques Charpentreau
  • Soirées d'échanges littéraires et poétiques dans le salon de Paul Farellier, dont une le 18 octobre 2000...
  • Réunions de travail, en petit ou grand comité,  et de rédaction de tracts BCBG avec Alain Castets et quelques autres dans le cadre de Clarté Poésie

JOINTURE le présenta à diverses occasions, en particulier comme figure de proue du numéro 52, et hélas en sillage du numéro 81, comme auteur méritant lecture ou recension (numéros 16, 35, 43, 52, 61), et comme poète inscrit aux rubriques écriture I ou écriture II.

Sommaire
















Pour Yvette



Jacque Simonomis - 1981

Le cheval blond qui caracole
au crépuscule pour moi tout seul
m'explique une légende

Attelé à la calèche
des mariés du jour
tu es plus beau que de raison
cheval simple de la passion

Ton profil sur le pré
signe le pourquoi de mon tremblement



A propos de Simonomis

Une vie de poète


Jacques Simon
est né le le 28 mai 1940 à Paris.
Il est mort  le samedi 15 février 2005.

Des biobibliographies  détaillées sont disponibles sur internet. En particulier :
Sur le site encyclopédique

Le témoignage d'Alain Castets : vie d’ un singulier grand ordinaire


Je touche ton épaule pour soulever le monde.
J’écris « Je t’aime » dans les sirènes d’alarmes pendues sur les toits
Je ne suis pas cernable.
C’est un livre de zèbre rayé par la censure.


Alain Castets est un des compagnons poètes qui, le 21 février 2005, vers 16 heures, donna lecture au Père Lachaise d'un texte de Jacques Simonomis lors de son inhumation. Il y eût alors, entre deux ondées, un rais de soleil.
Il avait recruté cet irrecrutable, car passionément libertaire, comme complice engagé dans l'aventure de Clarté Poésie, après l'avoir accueilli au Pont de l'Épée.
Son témoignage personnel ici résume les dates essentielles de la vie terrestre de Jacques Simonomis : naissance à la fin de la drôle de guerre, premier emploi, mobilisation en Algérie, premiers poèmes, mariage d'amour, ouvrages majeurs, passage sous Le Soleil des Loups, érection de Le Cri d'Os, corps à corps avec le Crabe, dernier billet à un ami, dernier respir...



Une étude de Jean-Marc Couvé : Premiers & derniers feux d’un vigoureux artificier

...et si j'étais pacha,
je serais donc un homme
et ne serais pas chat.


Carte Simonomis
Jean-Marc Couvé a rédigé ces trois lectures des trois ouvrages posthumes de Jacques Simonomis pour une publication dans JOINTURE. Les ressources de l'hypertexte permettent de faire apparaître son texte en deux pages différentes de ce site. J'ai usé de cette facilité.
Il s'agit de :
  • Premiers poèmes (1954-1959), La lucarne ovale, 2005
  • Simples comme… Éditions Alba, 2005
  • La queue leu leu du fabuleux , préface de Jean-Paul Giraux, chez éditinter, janvier 2006

Il nous communique avec un amical humour son émotion à lire, relire, ces ouvrages que nous eussions préférés anthumes. Il nous rappelle le travail peu connu de Jacques Simonomis en faveur des autres poètes, conférences et articles, et comment ce dernier fraternisa avec Tristan Corbières, effleura Guy Chambelland et se lia avec Jean Rousselot.
Il met en évidence la maison du monde comme devant demeurer une des traces composant l'empreinte du poète.


La parole est aux témoins

Nombreux sont les poètes qui ont pris la parole à propos de Jacques Simonomis. Quelques-uns sont ici cités à comparaître...



Ses œuvres publiées en recueils


Cette liste résulte du dépouillement des rubriques du même auteur des ouvrages en ma possession, ouvrages repérés ♦ dans la liste elle-même.

Trilogie de Jeunesse (selon ses propres termes)


Matricule à zéro éditions St-Germain-des-Prés - 1976 .
La Mansarde Himalaya éditions St-Germain-des-Prés - 1977 .
L’Homme qui marche éditions St-Germain-des-Prés – 1978, préfacé par Pierre Béarn.

Du même auteur...

Poèmes boxeurs Guerre d'Algérie, chez l'auteur.
Dossard illisible ♦ éditions de l'Ecchymose, Caen, 500 exemplaires – octobre 1979, préfacé par Jean Cassou, 3 illustrations de J C Lesellier. Réédition : La Lucarne ovale - 1999, avec des illustrations de Danielle Le Bricquir.
Le Triangle sacré éditions Traces - 1981 , proses poétiques sur Montmartre, Montparnasse et Saint-Germain-des-Prés . Illustrations de Roger Seignot [1] . Plaquette dédiée à André Devaux. Réédition : La Lucarne ovale 2004-
Comme un cri d’os : Tristan Corbière ♦ éditions Traces, Clisson- 3° trimestre1983. Mini-étude suivie d'un poème en proe,  avec deux dessins de Roger Seignot .
Vingt petits poèmes historiques éditions Traces, Clisson - 3° trimestre1983 . Dédié à Andrée Sodenkamp.
Gaston Couté : de la terre aux pavés Les Dossiers d'Aquitaine - 1985 . Illustrations de Roger Seignot. Seconde édition augmentée Dossiers d'Aquitaine - 1987.
Vous avez dit Bizeau éditions Dossiers d'Aquitaine - 1986 , . Présentation, entretien et choix detextes après sa rencontre avec avec le poète-vigneron Eugène Bizeau, alors âgé de 103 ans.
L’étrier d’argile éditions Barré et Dayez, collection Jalons- 1987 , préfacé par Jean Rousselot, avec deux portraits par Roger Seignot.
Les Chiffres, ces gens-làéditions du Soleil Natal, collection Soleil des loups - 1988, illustré par Obéline Flamand .
Neruda ♦ version originale du 4 octobre 1973 : éditions Bidard, Caen - juillet 1978 - dédié à Jean Cassou. Version remaniée : éditions Traces - 1989 . Illustrations de Roger Seignot, traduction de Béatrice Dumai
L’œil américain éditions du Soleil Natal, collection Soleil des loups - mars 1991 . Illustrations de Roger Seignot.
Mon siècle en deux éditions L'arbre à paroles - 1993 , prix Jacques Normand de la Société des Gens de Lettres.
Récréation de la ponctuation Revue Multiples no 49 - 1993 .
Un âne sur le toit éditions La Bartavelle - 1995 .
Ça marche ! ou "la pariade politique" éditions La Lucarne ovale, Saint-Ouen-en-Brie, collection Cri d'Os - avril 1995 et 2002 . illustrations de Claude Caumel.
L’Essayeur éditions de La Lucarne ovale - 1995 , monologues pour Café-théâtre. Illustrations de Claude Caumel.
Il faut savoir lire éditions La Lucarne ovale - 1996 , poèmes pour enfants. illustrations de Danielle Le Bricquir.
La parade de cirque ou le bonimenteur éditions La Lucarne ovale - 1997 . illustrations de Pierre Cayol.
Les Couseuses éditions L'arbre à paroles - 1997 .
Sa Majesté Auriculaire éditions La Bartavelle - 1998 .
La villa des roses éditions Librairie-Galerie Racine -1999 , poèmes sur la Guerre d'Algérie publiés avec le concours du Centre National du Livre.
Valet de pied éditions Alain Benoit - 2000 , poèmes érotiques. illustrations de Daniel Abel.
La Garden-Party éditions Clapàs - 2002 , poèmes érotiques. illustrations de Danielle Le Bricquir.
Le calfat des étoiles ♦ éditions L'arbre à paroles, Amay - 2002 .
Aphorisques et placers ♦ éditions La Lucarne ovale, Saint-Ouen-en-Brie - 2° trimestre2003 . illustrations de Alain Lacouchie. Tiré à part de la revue Le Cri d'os.
Un singulier grand ordinaire ♦ éditinter, Soisy-sur-Seine - septembre 2003, avec une couverture de Franz Marc .
Claudication du monde éditions Le Nouvel Athanor - 2004
Fort de café éditinter1 - 2004 .
Premiers poèmes - 1954-1959 éditions La Lucarne ovale - 2005 .

Ouvrages posthumes

Simples comme… éditions Alba - 2005 .
La queue leu leu du fabuleux éditions éditinter1 - 2006 .

Ses textes publiés en revue



Simonomis a été publié dans :


Voir aussi


Les Sirènes avec nous éditions Paragraphes littéraires de Paris 1975. Réédition : La Lucarne ovale - 1998 avec des illustrations de Ernesto Treccani.


[1] Roger Seignot, né à Lyon le 3 octobre 1918, fils d'un ferronnier d'art, a été l'élève de Robert Seignot et de Pierre Fleury. Membre de l’École Française, il a illustré le grand meaulnes d'Alain Fournier et les histoires extraordinaires d'Edgard Poe.